Exposition Jean-Claude Bligny

Nourriture pour nos âmes, les œuvres de Jean-Claude Bligny attirent de nombreux amateurs dans 1es meilleures galeries qui le présentent en France comme à l’étranger où sa notoriété ne cesse de croître.  Les Emaux de Longwy l’ont choisi pour créer leur nouvelle et prestigieuse collection de vases à tirage limité sur le thème de la Bourgogne.

Jean-Claude Bligny est l’un artiste pour lequel la nature compte énormément. Comme il le dit lui- même : « Pour Dante, la nature est fille de Dieu, l’œuvre d’art est sa petite fille. Ainsi notre mère la Terre, par le truchement de ses paysages et de tous les éléments, végétaux, minéraux, animaux, qui la composent, nous permet de « tutoyer » l’invisible, d’approcher l’absolu au cœur de l’éphémère dont les fleurs sont 1es plus extraordinaires représentants. Pour Bligny : » la prière et la méditation devraient être au centre de la vie. Faire en sorte que la terre communique avec le ciel n’est-ce pas la mission de l’artiste ? » En tout cas, il est certain que cette mission est celle de Bligny, artiste à l’inspiration visionnaire…

PEINTURE

Du 26 mars au 28 mai
Vernissage le samedi 26 mars à 18h30
Galerie de l’Embarcadère

Libre d’accès


Clémentine Célarié – Une vie, de Maupassant

« Une vie, voyez vous, ça n’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit. »

C’est sur cette phrase que Maupassant achève son premier roman. Il nous raconte l’histoire de Jeanne. Une vie parmi d’autres. Avec toutes les découvertes, les grandes joies, les plaisirs, les désillusions, et les souffrances que cela comporte. Une vie parmi d’autres, et toutes les vies en une. Jeanne est à elle seule toutes les femmes. Les saisons de l’existence se suivent, l’amour et la mort se succèdent, et l’éternel recommencement est là, tout près. Les vagues de l’océan viennent laver l’existence de leur ressac purificateur.

Un chef d’œuvre de la littérature française porté seule en scène par Clémentine Célarié.

THEATRE

Mardi 22 mars
20h30
Durée : 1h20
Salle de spectacle de l’Embarcadère
Tarif : 20/15€

Ouverture de la billetterie le 15 février


Avec : Clémentine Célarié
Mise en scène : Arnaud Denis


The Young Festival / Oth et Kal – Hypocrisie africaine

Découvrez une histoire de France bien Africaine lorsque deux amis de quartier imposent l’entente à leurs parents. Un Congolais et un Marocain qui malgré les apparences ne sont pas si différents. Un tour royal des clichés Africains sans filtres. Que d’hypocrisie ! Mais derrière l’hypocrisie s’unissent en cœur des cultures qui prônent amour et tolérance. Que la paix soit avec nous. Rejoignez Othman et Kalvin dans un rire sans frontières !

HUMOUR

Samedi 19 mars
20h30
Durée : 1h10
Salle de spectacle de l’Embarcadère
Tarif unique : 5 €
Pass pour les deux soirées : 10 €

Ouverture de la billetterie le 15 février


The Young Festival / Cartes Blanches

En 2016, la compagnie Käfig fête ses 20 ans. À cette occasion, Mourad Merzouki réunit dans Cartes Blanches plusieurs danseurs ayant traversé la vie de la compagnie, de ses débuts à aujourd’hui. Ce rendez-vous anniversaire est conçu comme le lieu de retrouvailles amicales et complices, mettant en lumière ceux qui ont marqué les créations de la compagnie Käfig. 20 ans de rencontres, de constructions, d’étapes, de succès, de gestes, de paroles… 20 ans dansés par ceux qui ont été témoins de l’épopée Käfig. Les 6 danseurs ayant navigué de Käfig à Pixel, en passant par Dix Versions ou Corps est graphique partagent une nouvelle fois le plateau de danse. Un canapé, des fauteuils, des lustres, des tapis, c’est dans ce décor que le chorégraphe met en mouvement des instants de vie et la mémoire des corps de danseurs d’exception, qui ont évolué, construit leur propre histoire, mais se retrouvent aujourd’hui pour témoigner d’une aventure singulière.

DANSE HIP-HOP

Vendredi 18 mars
20h30
Durée : 1h
Salle de spectacle de l’Embarcadère
Tarif unique : 8€
Pass pour les deux soirées : 10€

Ouverture de la billetterie le 15 février


Le Printemps des Poètes 2022 – L’éphémère

Il est temps de sonder à nouveau L’éphémère. De ne pas attendre à demain. De questionner ici et maintenant la part la plus fragile, la plus secrète, la plus inouïe de nos existences.

Sophie Nauleau

Imaginé à l’initiative de Jack Lang, et créé à Paris du 21 au 28 mars 1999 par Emmanuel Hoog et André Velter, afin de contrer les idées reçues et de rendre manifeste l’extrême vitalité de la Poésie en France, Le Printemps des Poètes est vite devenu une manifestation d’ampleur nationale.

Sous l’impulsion d’Alain Borer en 2001, puis de Jean-Pierre Siméon de 2002 à 2017, un Centre pour la Poésie est venu prolonger les temps forts du Printemps tout au long de l’année. C’est ainsi que la voix des poètes s’est propagée et que de nombreuses actions poétiques se sont déployées sur tout le territoire et jusqu’à l’étranger.

Du 12 au 28 mars
Médiathèque, centre-ville, quartiers
Entrée libre

Tzigane

« Depuis longtemps, je rêve de la rencontre dans un même spectacle des grandes figures tziganes de l’art européen. Voilà plus de 8 siècles que mon peuple a quitté le nord de l’Inde pour entamer son long périple vers l’Europe occidentale. En raison de notre provenance des anciennes provinces de l’Empire byzantin, un appellatif grec nous fut attribué : athinganoi (les « Intouchables « ), ce qui donna par un effet de «vire langue» Zingari, Zingaros, Cianos, Cingani, Zigeuner, Tsiganes … Nous sommes donc les  » Intouchables « , mais il est important aujourd’hui de constater à quel point nous avons inspiré de nombreux artistes européens. Mon désir est de célébrer mon peuple en incarnant les œuvres d’auteurs comme Mérimée, Hugo ou Pouchkine… de peintres comme Le Caravage, Manet ou Picasso… qui aujourd’hui comptent dans l’histoire de l’art ». Petia Iourtchenko

MUSIQUE & DANSE

Jeudi 10 mars
20h30
Durée : 1h10
Salle de spectacle de L’Embarcadère
Tarifs : 20/15€

Ouverture de la billetterie le 1er février


Rachel Soprano et Dimitri Papadopoulos – Parfum d’opéra

Cantatrice soprano lyrique bourguignonne, à la voix puissante et limpide, Rachel vous fera vivre un grand moment d’émotion et de plaisir intense à travers le répertoire célèbre d’opéras italiens. Cette voix vibre très souvent dans les Hauts Lieux Historiques pour la sauvegarde et la mise en lumière de notre patrimoine architectural et paysager. Rachel transmet l’élégance et la beauté interprétative du chant lyrique aussi bien dans des beaux lieux raffinés qu’au beau milieu d’un sous-bois accompagnée de son cheval. Par son indéniable charisme, par son caractère indépendant, par la volonté battante qui l’anime, Rachel est tout à la fois surprenante et communicative dans son art. Accompagné du pianiste Dimitri Papadopoulos, venez découvrir et sentir ces parfums d’opéra.

MUSIQUE CLASSIQUE

Dimanche 6 mars
16h
Durée : 1h25
Auditorium J. Maillot – ADJ
Tarif : 12/8€

Ouverture de la billetterie le 1er février


Programme

Io son l’umile ancella     ADRIENNE LECOUVREUR     F. Cilea

O mio babbino caro              GIANNI SCHICCHI           G. PUCCINI

Vissi d’arte , vissi d’amore    TOSCA                           G. PUCCINI

Un bel di vedremo                 BUTTERFLY                   G. PUCCINI

Casta Diva                           NORMA                            V. BELLINI

Pace, Pace Mio Dio              LA FORCE DU DESTIN    G. VERDI

La vergine degli angeli         LA FORCE DU DESTIN    G. VERDI

Ebben, n’andro lontana        LA WALLY                        A. CACALANI

(Bis) 

La Barcarolle                 LES CONTES D’ HOFFMANN   J. OFFENBACH

Exposition Michel Lecuyer

« Après avoir longtemps cherché mon langage dans l’écriture poétique, c’est en effet la peinture qui m’a, depuis une trentaine d’année, ouvert une voie et apporté quelques réponses et quelques apaisements. L’espace du tableau est devenu celui d’une aventure à trois entre le peintre, occupé par ses rêveries, ses émotions, ses mémoires, l’outil- brosse, couteau, éponge, doigts- et le matériau- pigments, colle de peau, plâtre, kaolin, cendres, cire.

L’espace d’une lutte, d’un combat, d’une danse, entre projet, volonté, désir, hasards, accidents, renoncements. C’est la recherche d’un équilibre fragile, sans effets décoratifs, pour tenter d’exprimer un moment de grâce intérieure, un moment d’inquiétude ou de tension. Adviennent alors des lieux, des arbres, des ciels, des brumes, des rivages, des horizons ou quelque chemin mystérieux. J’ai eu la chance de pouvoir présenter ces tentatives picturales dans plusieurs expositions collectives ou personnelles depuis 1995 en Bourgogne, à Paris, en Suisse, aux Pays-Bas. »

Michel Lecuyer

PEINTURE

Du 5 au 26 mars
Vernissage le samedi 5 mars à 18h30
Galerie du bar de l’Embarcadère

Libre d’accès


Marie-Claude Pietragalla – La femme qui danse

Marie-Claude Pietragalla fête ses 40 ans sur scène. De danseuse Étoile à chorégraphe de sa propre compagnie le Théâtre du Corps, cette artiste singulière a choisie de vivre la danse comme un art total. Dans ce seule en scène, Pietra révèle l’indicible de son métier et de son art, et est tour à tour guide et témoin, muse et créatrice, actrice et danseuse.  Se définissant comme une femme qui danse, Pietra nous dévoile en confidence ce qui constitue un parcours de vie.

« Je suis un animal dansant, un être incarné et désincarné qui évolue au gré d’un rythme intérieur, d’un souffle musical, d’une conscience éclairée. » Marie-Claude Pietragalla

DANSE

Samedi 5 mars
20h30
Durée : 1h15
Salle de spectacle de l’Embarcadère
Tarif : 25/22€

Ouverture de la billetterie le 1er février


Seule en scène avec Marie-Claude Pietragalla
Chorégraphie et mise en scène Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault
Lumières Alexis David
Textes inédits de Marie-Claude Pietragalla
Musique  Tchaikovsky – Adolphe Adam – Stravinsky – Bizet – Chopin – Olafur Arnalds – Portishead – Birdy Nam Nam – – Massenet

Coproductions : La Muse en Circuit, Centre National de Création Musicale – Espace Carpeaux, Courbevoie – Théâtre des 2 Rives de Charenton-le-Pont Spectacle crée le 13 septembre 2019 à l’Espace Carpeaux, Courbevoie


Exposition Michel Dufour – L’esprit des lieux

Vous connaissez sans doute la peinture à l’huile de Michel DUFOUR que le CAR a exposé en 2003 – un paysagisme abstrait devenant de plus en plus lyrique. Mais quand le peintre sort de son atelier pour voyager, il se consacre à des œuvres sur papier. Depuis 20 ans, chaque voyage donne naissance à une douzaine de gouaches – technique de peinture à l’eau qui, rapide dans son exécution, livre  plus la sensibilité du peintre et rend son geste plus fluide et plus fort. C’est donc une exposition originale entièrement consacrée à ses œuvres sur papier, ses carnets de voyages, un périple  émotionnel à la recherche de l’esprit des lieux.

«  C’est toujours la contemplation des visages du monde qui déclenche en lui l’irrépressible besoin de les fixer sur le papier, selon bien entendu sa vision à lui. Point de fleurs, peu d’êtres humains : seulement le corps à corps du peintre avec les beautés et les violences des paysages – ces visages du monde – dans une interrogation fascinée …
L’émotion esthétique quelle qu’elle soit déclenche chez Michel DUFOUR un tumulte coloré, un brassage d’impressions de toute sorte dont il retient surtout avec ivresse, les tracés essentiels : c’est proprement l’essence de chaque lieu, de chaque vision que ses gouaches traduisent. »   Lucette Desvignes, écrivain

PEINTURE

Du 15 janvier au 12 mars
Vernissage le samedi 15 janvier à 18h30
Galerie de l’Embarcadère

Libre d’accès